Revenir aux revues commençant par P

Procope (Le)
" Journal parlé "

Périodicité : Mensuelle, aléatoire. Annoncée comme hebdomadaire à partir du N°15 (208e année) : 21 novembre 1897. Reprend le titre du journal fondé en 1689.

N° 1: 30 octobre 1893 ---) N°19 (208e année) sic - 8 janvier 1898.


NUMEROS LOCALISES A LA BNF :

N° 1: 30 octobre1893
N° 2: 30 novembre 1893
N° 3: 30 décembre 1893
N°4 & 5 : 1er mars 1894
N°6 : Mai 1894
N°7 : Octobre 1894
N°8 : Décembre 1894
N°1 (3e année) : Janvier 1895
N°2 (3e année) : Février-Mars 1895
N°3 (3e année) : Décembre 1895
N°5 (4e année) : 25 mars 1896, (6 p., 0,20 F)
N°6 (4e année) : 15 avril 1896, (0,20 F)

N°7 (4e année) : 15 mai 1896, (0,20 F)
N°8 (4e année) : 15 juin 1896, (0,20 F)
N°9 (4e année) : 15 juillet 1896, (0,20 F)
N°10 (4e année) : Août1896
N°11 (4e année) : Oct.-Novembre1896, (6p.)
N°12 (4e année) : Février 1897
N°13 (4e année) : Mars1897
N°14 (4e année) : Avril-Mai 1897
N°15 (208e année) : 21 novembre 1897
N°16 (208e année) : 5 décembre 1897
N°17 (208e année) : 13 décembre 1897
N°19 (208e année) : 8 janvier 1898

N°20 (208e année): 17 janvier 1898


N.B. Sauf autre indication, tous les numéros sont vendus 0,10 F et comportent 4 pages.
Les quatre derniers numéros comportent une page 2 identique, signe de l'essoufflement
de ce journal.

A noter qu'un numéro unique reparaîtra en juillet 1933: Le Procope, 28, rue Serpente. Rénovateurs: Genevière-Jean d'Héral et Guy de Pompery. Secrétaire: Théobald Bellefonds et Raymond Bourgeois.

Adresse : Paris- 13, rue de l'Ancienne-Comédie

Description matérielle : fol., 0,10 F ou 0,20 F, 4 p.ou 6 p. Abonnement (1 an) : 2 F

Direction : Directeur, Théo (Théodore Bellefonds, patron du restaurant Le Procope) ; Secrétaire : Edouard Jacquemin ; Gérant : A. Guffroy ; Grande imprimerie du Centre, Montluçon.
- A partir du N°3 (3e année) : Décembre 1895, le gérant est : H. Dauvois.
- A partir du N°5 (4e année) : 25 mars 1896, Georges Millandy devient rédacteur en chef et Ph. Linet, secrétaire. Théo, toujours directeur.
- A partir du N°12 (4e année) : Février 1897, Jacques Le Guillin devient rédacteur en chef et Adolphe Gensse, secrétaire. Théo, toujours directeur.
A partir du N°15 (208e année) : 21 novembre 1897, Georges Millandy redevient rédacteur en chef et André Escourrou devient secrétaire. Théo, toujours directeur.

Contenu : poèmes, contes, nouvelles, monologues, saynètes...


Cote BNF : MICROFILM M- 892 ou FOL- Z- 593


Liste des collaborateurs : Victor Advielle, Léon d'Agenais, Paul Arène, l'Aveugle du Pont des Arts, Henri Beauclair, Sylvain Berger, J. Bir, I. Birr, Emile Boissier, Georges Brunot, Emil Causé, F.-A. Cazals, Michel Chabance, Abel Chainvrier, Charles Cros, Dalibard, Henri Degron, P.-E. Demouth, Denis, Domus, Henry Dormeuze, Charles Droulers, Un Druide, Edouard Dubus, Louis Dumur, Léon Duvauchel, Egy (Edouard Jacquemin), Egy-Pan, Henri (Henry) Erasme, André Escourrou, G. Fabius de Champville, Georges Fourest, Charles-Henry France, Adolphe Gensse, C. Girault, Gobélius, E. Gobert, Mecislas Golberg, vicomte Gressin de Boisgirard, Fernand Hauser, Louis Hébert, André Ibels, Edouard Jacquemin, Jean Jacques, André Joyeux, René de la Villoyo, Jules Lafforgue, Raphaël Larquier, A. Le Bail, Paul Leclère, Louis Le Dauphin, Marc Legrand, Jacques Le Guillin, Léo Lelièvre, Gustave Le Rouge, Ph. Linet, Lord Febvre, C.M., G.M. (Georges Millandy), Emile Maison, Maistre Guillaume, Alcibiade Mario, E. de Ménorval, Emile Métrot, Georges Millandy, Raoul Minhar, Claudius Mireta, Charles Morice, Charles Norma, Od. Nyah, M.O., Henri Parion, L. Perrier, Petit Grégoire, Louis Peytral, P.-P. Plan, Eugène Plouchart, Alfred Poussin, Procoppio, Albert Provost, Prunedor, Charles Quinel, Yvanhoé Rambosson, L. Razouls, Paul Redonnel, M. Savarit, Savary, Achille Segard, Emmanuel Signoret, Camille Soubise, Paul Souchon, G. Surgère, Laurent Tailhade, Théo, Louis Tiercelin, Pierre Trimouillat, Maurice Vasseur, Paul Verlaine, Henri Vernot, Vert-Galant, Ch. Xertigny.
Dessinateurs : A. Barrère, Emil Causé, Cazals, Alexandre Charpentier, Foehnlein, J. Grigny, D. Mullet, Henri Pille, Roedel, P. Thomas, Ventre saint-Gris, Vibert, Jacques Villon, Xileff.

 


On a remarqué :


- N° 1: 30 octobre1893, une lettre de J.-K. Huysmans.

- N°7 - Octobre 1894, p.2, d'Edouard Dubus " Chanson à boire " et " Trottins " (ces derniers vers publiés à nouveau en décembre 1895). De Laurent Tailhade : " Ballade sur la louange du mois d'août ". D'André Ibels, un poème intitulé " A la gloire du Cygne ".


- N°8 : Décembre 1894, p.2 : Egy (Edouard Jacquemin) parle de la représentation de " Madame Aubin " donnée au bénéfice de Verlaine et de la conférence de Tailhade qui l'a précédée : " ... Mais le vrai clou de la soirée fut la conférence de Laurent Tailhade - L'esprit fin et caustique, qui n'aime pas tel poète besacier, ou tel potard pétrisseur de Thériaques kabbalistiques à l'extrait de beau séant, " Et nunc, greges, intellegite, erudimini qui fumigatis terram ", est venu confesser hautement l'admiration en laquelle il tenait cette chose ailée et sacrée qui a nom Paul Verlaine...Il a rappelé l'époque où les jeunes poètes se réunissaient dans un café rue de Rennes sous présidence de Charles Cros... Mais le plus encore vrai clou de la représentation ne fut point au théâtre, et, surprise ingénieuse autant qu'attendrissante, au lendemain de cette bonne soirée, comme le poète et le conférencier, assis à une table du café Procope, choquaient fraternellement leur verre à l'éternel honneur des lettres, un dernier acteur, candidat, ce dit-on, au fauteuil de Leconte de Lisle, voulut bien jouer pour eux le rôle de l'Esclave aux fêtes de Saturne. Une larme d'émotion tomba dans le verre du poète, adoucissant pour lui l'amertume de son absinthe. Merci, cher confrère. "

- N°1 (3e année) - janvier 1895, p.2, de Georges Fourest " autopianiste limosin "une " Modeste Ballade ", dédiée à Alfred Poussin (incipit : Au long des quais, parmi les brumes... "), non reprise dans " La Négresse Blonde ". Fourest y égratigne son maître et ex-ami Tailhade.


- N°5 (4e année) : 25 mars 1896, " Un café au dernier siècle ", article de Laurent Tailhade déjà publié dans Le Voltaire du 10 février 1896.


- N°6 (4e année) : 15 avril 1896 :
- " Echos " - Réunions littéraires du café Procope : les Rosati, le dernier samedi du mois ; les Félibres, tous les jeudis.
- " Potins " - " Le rat de Tailhade - Le poète Laurent Tailhade dînait tranquillement l'autre soir au Procope, dans le petit coin que pompeusement l'on nomme le Salon, sur la table même de Voltaire, lorsque soudain un rat d'une énorme grosseur, nourri sans doute des livres rares que recèle la bibliothèque, lui partit comme une bombe entre les jambes. Aussitôt poursuivi par tous les chats de la maison, l'animal se réfugia dans le pantalon du maître, grimpa le long du mollet que cruellement il mordit, - le mufle ! Monsieur Laurent Tailhade va mieux - Le rat en est mort ! ".

Cette histoire sera reprise par Le Laitier dans Le Voltaire du 19 avril suivant.


- N°8 (4e année) : 15 juin 1896 & N°13 (4e année) : Mars1897 : couvertures de Jacques Villon.


- N°9 (4e année) : 15 juillet 1896 : Très belle couverture d'Emil Causé.


- N°19 (208e année) : 8 janvier 1898, p.2 : Une lettre ouverte d'Emile Métrot à Emile Zola lui reprochant sa prise de position en faveur de Dreyfus.

- N°20 (208e année): 17 janvier 1898, p.2: Une lettre de Huysmans à Georges Millandy. L'histoire du Procope par son restaurateur, par Théo. Le premier cabaret artistique du Quartier Latin. Le Dîner de la Rive Gauche. Le Gringoire. les Soirées Procope, par Léon Duvauchel.


G. Picq