Revenir aux revues commençant par M

Méditerranéenne

Périodicité : Mensuelle. N°1 (janvier 1898) jusqu'au N°10 (octobre 1898).

Adresse : Marseille, 97, rue du Dragon.

Description matérielle : 0,65 F, Abonnement (1 an) : 7 F, 32 p., in 8°.

Direction : Gérant : Georges Monod de Montricher. Comité directeur : Albert-J. Brandenburg, François de Gaffory, Edmond Jaloux , Georges Monod de Montricher, Henry Roberty.

Contenu : poésie, prose, causeries, chroniques diverses, dialogues, bibliographie, études littéraires.

Cote BNF : MFICHE 8- Z- 5048. Etat de la collection : N°1 (janvier 1898) jusqu'au N°10 (octobre 1898). Manquent les numéros 2 (février 1898) et 5 (mai 1898).

Liste des collaborateurs : Joseph d'Arbaud, Albert-J. Brandenburg, Alain des Iles, E.A. Eustache, Edmond Fazy, Paul Fort, François de Gaffory, Joachim Gasquet, André Gide, Edmond Jaloux, Jouffret, Marc Lafargue, Sébastien-Charles Leconte, Maurice Magre, Georges Monod de Montricher, Jacques Nervat, Marie Nervat, Ch. Penot, Edmond Pilon, Paul Prior, H. de Régnier, G. Rodenbach, Frédéric Saisset, Gustave-Charles Toussaint, Francis Vielé-Griffin, A. Gilbert de Voisins, Von Wedderkopp.
Couverture dessinée : par Valère Bernard.

On a remarqué :
- que la revue affichait son admiration pour Mallarmé.
- N°1 (janvier 1898), " La mort du grave et du voluptueux Narcisse ", poème de Joachim Gasquet, dédié à André Gide.
- N°1 (janvier 1898), " La saison d'Adonis ", poème d'Edmond Jaloux, dédié à Joachim Gasquet.
- N°1 (janvier 1898), " Chant des Bergers ", poème de Joseph d'Arbaud, dédié à Paul Cézanne.
- N°4 (avril1898), " Sonnet " d'Henri de Régnier (inc. Je sais un dieu hautain).
- N°4 (avril1898), " Arles ", poème de Francis Vielé-Griffin, dédié à Stéphane Mallarmé (inc. Avec ce grand soleil).
- N°4 (avril1898), " Le Pitre ", poème de Gilbert de Voisins.
- N°6 (juin1898), " La mort ", poème de Maurice Magre (inc. J'entends les rois)
- N°6 (juin1898), " La bague perdue ", poème d'Alain des Iles, dédié à Stéphane Mallarmé (inc.Sous le fictif trophée).
- N°7 (juillet1898), " La chanson des hommes de Maurice Magre ", étude par E.A. Eustache.
- N°9 (septembre 1898), " Ma Mère ", poème de Marc Lafargue, dédié à Paul Fort.

On n'a pas remarqué :
- les noms d'Albert Erlande et de Francis Miomandre comme animateurs de la revue.


G.Picq